Tout est bien qui finit bien, n’est-ce pas ce que l’on dit ? Eh bien, c’est la fin des journées culturelles Cestomiennes et l’heure est au bilan.

Comme convenu, tout a commencé le jeudi 14 juillet avec les phases éliminatoires du tournoi de football masculin qui opposait les différentes sections locales de la CESTOM. Les corps ont sué et les maillots furent bien trempés comme il se doit. Ledit tournoi a connu son apothéose le jour suivant, à savoir le vendredi 15 juillet avec la consécration de l’équipe de Rabat qui vint à bout de la valeureuse équipe de Casablanca. En effet, ce vendredi consacré au sport a vu passer les demi-finales du tournoi de football masculin ainsi que la finale au stade de la cité universitaire internationale de Rabat… Ce n’est pas sans oublier le match ayant opposé les anciennes Cestomiennes à leurs « bleues » comme on le dit souvent. Les « bleues » ont tout donné et les anciennes l’ont emporté après une séance de tirs au but sous haute tension. Elles ont quand même bavé je vous rassure. D’ailleurs la femme du match était une « bleue ».

Après les corps, c’était au tour des esprits d’être servis. Le samedi était donc bienvenu dans la mesure où il rappelait la culture du terroir, cette culture riche et variée que nous aimons tant redécouvrir. Avant tout, rappelons que toutes les activités du jour eurent lieu dans les locaux de l’institut royal de la culture amazighe sis à Rabat. La journée commença logiquement par une conférence débat autour du thème suivant : “Comment, grâce à une coopération sud-sud, améliorer et numériser la formation en Afrique pour la rendre meilleure et accessible à tous ?” Il s’est ensuivi des prestations culturelles de tous ordres (danses, slams, chants, défilés traditionnels…) avant la pause déjeuner. À peine les couverts étaient rangés que la journée reprit son cours. Les prestations culturelles continuèrent de plus belle.

L’entrepreneuriat eût sa promotion lorsque les finalistes de la 3ᵉ édition du concours CESTOM INNOVE durent présenter leurs différents projets face au regard inquisiteur et la riche critique d’un jury très avisé.

La journée n’aurait pas pu être plus belle sans les divers jeux et animations imaginés par nos talentueux animateurs. C’est donc avec l’esprit bien nourri et le cœur en émoi que la fin de la soirée fût accueillie. Ce n’était pas la fin… Loin de là.

Pitch : BIAOU Aicha

L’euphorie du samedi, riche en couleurs ayant mis la puce à l’oreille aux uns et aux autres, nul besoin de renouveler l’invitation au dîner gala qui aura lieu le lendemain /dimanche 17 juillet dans l’enceinte de la somptueuse salle des fêtes Mounia Ramsis sise à Salé. Les partenaires ( AMCI, CESAM…), les sponsors (…), son excellence monsieur Messan Amakoé KLUTSE, chargé d’affaires de l’ambassade du Togo au Maroc, les professionnels Togolais au Maroc, les étudiants Togolais au Maroc… Pas moins de 250 personnes étaient attendues. C’était une très franche occasion de se retrouver, une occasion bien saisie d’ailleurs.

Après une longue bataille avec la patience, la bonne adresse fût trouvée et lumière fût faite sur la salle. La fête pouvait donc commencer. La huitième heure du soir était la bonne, les invités étaient de marque… À vrai dire, on n’eût guère besoin de climatisation tant la fraîcheur était de mise. Le décor était à tomber et les invités tous bien endimanchés semblaient rappeler que la sape, ça n’est pas que Congolais. C’est ainsi dans une envoûtante ambiance que les cartes menues furent déliées.

Oop là, pas si vite, la cérémonie d’ouverture fût respectée et notre NABILA de la gloire céleste en bonne hôtesse souhaita la bienvenue à ses hôtes. C’était ainsi parti. Prestations, dégustation et enjaillements étaient les maîtres mots du soir. Il fallait vraiment y être puisque les détails ont été absorbés par les mémoires des uns et des autres. Même mon encrier en a pris de la graine, de ce fait si je dois aller au bout, il fallait faire des économies.

Au bout de la nuit, une soirée dansante finira par embraser la piste de danse. Ce que je ne pouvais m’expliquer, c’était la ferveur et la simplicité avec laquelle les mouvements se succédaient. Je n’avais jamais vu les Togolais en trans, quelque chose d’exceptionnel se passait. Pour l’anecdote, le doyen Marc Lare était le DJ aux platines et il fallait voir les pas de danse endiablés de notre SG; c’était du feu. La musique fusait toujours des hauts parleurs et les corps ondoyaient au rythme des diverses mélodies. Aussi, des voix s’élevaient très haut comme pour défier les hauts parleurs… Et puis d’un coup, l’éclat des lumières s’estompa, l’invitation ne pût être plus claire. C’est bras dessus, bras dessous et les reins en feu que la nuit s’acheva. Vous avez compris, j’espère, sinon laissez-moi vous dire que je perdis la trace de mes papiers (comprendront qui pourront)… Bref, la fête fût belle et mon œil d’analyste fût ébloui.

Bureau CESTOM 2021-2022: Challengers

Gagnants CESTOM INNOVE Edition 3

Gagnants de Cestom Fun Live

Ouverture de la soirée dansante

Merci aux organisateurs, merci aux participants et vivement les prochaines Journées culturelles.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.